Encodage de films vidéos - DVD Shrink et Handbrake

Vous avez des DVD vidéos, vous croyez qu’ils sont imperméables à l’usure du temps ? ne lisez pas cet article.

Si toutefois, vous doutez ou si vous avez vécu la fâcheuse expérience à mettre un DVD dans votre lecteur vidéo ou votre ordinateur pour s’apercevoir qu’il ne peut s’exécuter car défectueux ou sujet d’erreurs de redondance cyclique, c’est souvent trop tard.

Alors s’il s’agit d’un film acheté dans le commerce, la perte n’est pas trop grande, mais s’il s’agit de souvenirs personnels (mariage, fête de famille), c’est irremplaçable.

Pourquoi choisir d’encoder des DVD ?

J’ai une collection conséquente de DVD vidéos.

Dans un souci de sauvegarde (dans le temps), de ces DVD, j’ai décidé de les encoder pour les enregistrer sur mon qnap, histoire de les retrouver en ligne avec son logiciel vidéostation ou par un autre biais. Ainsi, je suis assuré d’avoir la garantie de leur conservation dans le temps car une version numérique d’un DVD sauvegardée au minimum avec 3 copies des vidéos, sur deux supports différents, en deux lieux, dont un éloigné (sauvegardes qnap 3-2-1) est beaucoup plus fiable qu’un simple support DVD où une simple rayure peut devenir catastrophique.

Donc, deux raisons principales :

- sauvegarder dans le temps du contenu des DVD sur un disque dur ou nas.
- donner la possibilité de les visionner où qu’on soit en les intégrant à une bibliothèque numérique

Au final, un nas (qnap ou autre constructeur) n’est aucunement obligatoire pour ces opérations, mais vous pouvez vous inspirer de cet article pour sauvegarder sur le disque dur de votre ordinateur en lieu et place d’un stockage réseau , seul l’emplacement de destination du fichier sera différent.

Mais fermons une bonne fois cette parenthèse, je reviendrai ultérieurement sur la problématique des sauvegardes, focalisons-nous plutôt sur la conversion de ces DVD.

A cela, plusieurs étapes :

1 - la copie des DVD "brut de pomme" (dans le jargon "ripper" un DVD car il s’agit d’un processus de décryptage et d’extraction de données numériques d’un support (un DVD dans notre cas) sans avoir à les convertir et en faisant fi des protections contre la copie )
2 - la conversion des films des DVD copiés en format utilisable en ligne (MP4 ou MKV ou autre)
3 - l’intégration de ces films sur le qnap et récupération de l’affiche et présentation des films).

Sur cet article, je me limiterai aux deux premières étapes (surtout la deuxième).

RIPPER LES DVD

1 - Sauvegarde "brut de pomme" avec DVD Shrink  :

Parce que je voulais garder la structure des DVD sur mon disque dur pour pouvoir éventuellement "regraver" n’importe quel DVD à son état original (films + tous les add ons), j’ai utilisé DVDSHRINK. Je rappelle que l’usage de DVDSHRINK au titre de sauvegardes DVD est toléré pour les seuls DVD dont on a acquis la propriété (achat)

Vous pouvez télécharger DVDSHRINK ici : Télécharger DVDSHRINK

A l’occasion, je ferai un petit bout d’article pour "sauvegarder" un DVD avec DVD Shrink, mais ce serait reprendre les termes d’un article de site internet très bien fait, je nomme 01-audiovideo.com, un grand merci aux auteurs de ce site.

Ayez bien en tête que cette étape DVDSHRINK n’est obligatoire que si vous voulez garder la structure du DVD sur votre disque dur. Si vous souhaitez seulement en extraire le film, passez vite à l’étape suivante car c’est alors seulement de l’encodage.

2 - Conversion avec Handbrake.

Handbrake est un des meilleurs transcodeurs vidéo que je connaisse, peut-être même le meilleur ! De plus, et ce qui n’enlève rien au plaisir, il est opensource. Vous pourrez le trouver et le télécharger gratuitement depuis leur site HANDBRAKE

Ce logiciel est très complet et déborde d’options. Je vais donc, pour la circonstance, vous en décrire une première utilisation volontairement succincte, le but étant de découvrir HANDBRAKE et de réaliser votre premier encodage.

J’entends, en matière d’encodage, de partir d’un dossier de film ou tout simplement d’un DVD inséré dans le lecteur, pour le transformer en un seul fichier de film au format mp4 ou mkv.

C’est parti !

Un des premiers écrans qui vous est affiché au lancement d’HANDBRAKE a vocation à lui transférer un film à encoder, voyez comme il a faim !

Alors, donnez-lui sa pitance et transférez-lui un film à encoder en lui glissant avec la souris le dossier contenant l’extraction du film réalisée avec DVDSHRINK OU tout simplement le dossier video_ts situé dans le dossier du film concerné OU le dossier video_ts d’un dvd inséré dans votre lecteur.

Handbrake analyse les éléments transmis

Une fois chargé, l’écran s’affiche ainsi :

4 éléments principaux sont à remarquer :

Flèche 1 Les informations de la source, principalement la taille vidéo originale et les pistes audio
Flèche 2 Le préréglage d’encodage
Flèche 3 Le format de sortie
Flèche 4 L’onglet audio qu’il faudra vérifier (entre autres)

Quand vous cliquez sur préréglages, de nombreuses options d’encodage sont intégrées.

Vous pouvez agir sur ces options, mais notez bien qu’il est important de consulter les éléments de la source (flèche 1 de la précédente image), car il est inutile de demander de choisir un préréglage HQ1080 surround, si votre bande son est de médiocre qualité ou votre image est 4:3... (4:3 illustre de nombreux dvd des années 90/2000 et il est impossible de faire de la HD avec de tels films, on ne fait pas du neuf avec du vieux).

En guise de référence :

- la “HD” = 720p ou 1280 x 720
- le “Full HD” = 1080p ou 1920 x 1080
- l’ “Ultra HD” = 4K ou 3840 x 2160

Ces résolutions s’entendent pour un format d’image ou ratio 16:9. Ce format est le standard actuel pour la majorité des productions vidéos En matière de framerate, c’est à mon sens une aberration de ré-encoder à 60fps un film qui a été produit à 30 FPS. Après, à vous de voir...

Personnellement, je me suis borné pour la majorité des DVD, à utiliser le Fast 1080 p 30, mais rien ne vous empêche de tester les différentes options. En tout cas, cette option relève fidèlement les anciens DVD sans être obligé de se poser la question de toucher à ce réglage à chaque encodage de film DVD.

Ce réglage par défaut vaut pour la majorité des DVD, mais si vous encodez du blue-ray ou du film Ultra HD ou supérieur, c’est une autre histoire et il vaut mieux prendre une option supérieure... A vous de tester.

Choisissez Flèche 3 le format de sortie. Personnellement, entre le M4v et le Mkv, il y a de petites différence. J’ai choisi le M4v qui fonctionne très bien, mais il est vrai qu’on a une compatibilité plus standard avec le mkv.

Il y a de nombreux sites qui explique la différence entre m4v et mkv,
celui-ci est très explicite

Je vous invite à vérifier que le bon flux audio soit sélectionné. Il est possible d’automatiser la recherche automatique d’un flux français avec l’onglet "comportement de la sélection"

Vérifiez le flux audio !

Vérifiez-bien ou modifiez si nécessaire la destination de sauvegarde du fichier.

Et puis allez-y, soit vous lancez directement l’encodage avec l’aide du bouton avec la flèche verte en haut, soit vous cliquez sur "ajouter à la file", pour sélectionner à nouveau ouvrir source et transférer un nouveau DVD, vérifier la sortie et le son, puis ajouter à la file, et ainsi de suite.

Il est évident que vous ne pouvez ajouter des fichiers à encoder à la file d’attente, que s’ils sont disponibles tout le long du traitement de la file, c’est à dire disponibles sur le disque dur. L’usage de la file d’attente est difficilement concevable pour un encodage directement à partir d’un lecteur de DVD. D’où mon idée pas si funeste que celà de tout copier en amont avec DVDSHRINK pour lancer dans un deuxième temps les encodages à la volée.

Quand vous lancez le traitement de la file depuis le bouton démarrer l’encodage ou à partir du menu file (à côté du bouton démarrer l’encodage, on arrive à ce genre de fenêtre :

Notez que vous pouvez intervenir à tout moment pour régler le comportement du pc après encodage (en bas de file d’attente et de pas mal d’écrans).

Personnellement, un encodage de film prend en moyenne 6 à 8 mn avec un le pc décrit dans l’article PC POLYVALENT de ce même site, CPU uniquement (AMD Ryzen 7 3700X - 8 cores) et sans activer l’option aide du GPU de la carte graphique (CUDA Nvidia) ... Ce qui est plutôt pas mal si je compare à mon tout premier encodage qui m’avait pris 35 h sur un 486 DX... Nostalgie.... On n ’avait pas d’autre choix que de s’armer de patience et l’informatique avait une autre saveur...

Puissent, ces quelques notes, vous avoir aidé un peu...